Un peu d'histoire...                
                                                                              Benoît PONCET                                                                                                                                                         Joseph MERKLIN
                                                                                      (1836 - 1881)                                                                                                                                                                                                                            (1819 - 1905)
                                                                             Architecte - Bienfaiteur                                                                                                                                                                                                                 Facteur d'Orgues
 


 

 # PROCHAIN CONCERT #    
   DIMANCHE 29 AVRIL 2018 A 17H   
   MAÎTRISE DES CHARTREUX  
   DIR. ROBERT HILLEBRAND
& ORGUE CARINE CLEMENT  

   Eglise de Jassans  

                   Cet Orgue de facture MERKLIN-SCHÜTZE a été construit en 1864 pour l'église NOTRE-DAME de l'ASSOMPTION bâtie en deux ans aux frais d’un notable jassanais, l'architecte Benoît PONCET (1806-1881). Par cette édification « privée », il a voulu rendre hommage à son fils unique décédé à l’âge de 16 ans. A l’époque, il faut savoir que Joseph MERKLIN s’est associé à Friedrich SCHÜTZE avant d’installer ses ateliers à Lyon. Il est un des plus grands facteurs d’orgues de tous les temps.
 
 
              Friedrich SCHÜTZE(*) est né en 1808 à Zörbig. Il épouse en 1841 à Fribourg en Brisgau la soeur aînée de Joseph MERKLIN. Il rejoint Bruxelles dès 1847 et une association intervient entre les deux hommes qui de fait deviendra la société en commandite "J..MERKLIN-SCHÜTZE et CIE" dont le siège est à Bruxelles. Friedrich SCHÜTZE était harmoniste de grand talent; c'est lui qui harmonisa le grand orgue de Saint-Eugène à Paris et le grand orgue de la Cathédrale de Mucia en Espagne. On perd sa trace en 1870. On ignore la date de son décès. Il semblerait qu'il soit mort à la tâche lors de l'harmonisation du grand orgue de la Cathédrale de Dax en 1894 comme en témoigne une inscirption gravée sur le 2° do de la Montre: "Hamonisé par F.SCHÜTZE. Priez pour le repose de son âme."

                Charles-Marie WIDOR (1844-1937) jeune organiste et compositeur lyonnais de renom, inaugura
l'Orgue de Jassans. Professeur émérite au Conservatoire de Paris et compositeur de célèbres symphonies, il a le privilège de reposer dans l'une des cryptes -un cimetière pittoresque- de l'église Saint-Sulpice (Paris 14°)  parce qu'il en fut l'organiste titulaire pendant ... 64 ans !

 


Charles - Marie WIDOR
(1844 - 1937)
Organiste à Saint Sulpice
 Professeur au Conservatoire de Paris
Compositeur


 
 
        L'orgue de Jassans a été tenu, entre autres, pendant  63 ans de 1921 à 1984 par Pétrus LONGEFAY (1904-1990) qui s’adaptait avec bienveillance et compétence à chaque exigence des prêtres successifs.

Enfin, il connut les premières gammes expertes de Frédéric CHAMPION, jassanais, devenu organiste professionnel. En 1982, l'Orgue fut classé « Monument Historique » ce qui permit d'entreprendre une première étape de restauration réalisée par Jean DAVID. C'est depuis 2005 que la Municipalité a confié l'entretien de ce joyau à Didier CHANON, Facteur d'Orgues, installé à Saint-Didier-sur-Chalaronne (01).

 

 
     
Pétrus LONGEFAY, un musicien auto-didacte (1953)
 
 Musicien autodidacte, Pétrus Longefay a  pris quelques cours à l’âge de vingt  ans puis de passion a travaillé chaque semaine piano et orgue avec l’abbé Bolache pour préparer l’accompagnement des messes. Il lui était inconcevable de manquer une semaine, l’orgue, c’était sa passion le dimanche après le travail et le jardinage de  la semaine. Son père qui ne voulait pas qu’il apprenne le métier de “saltimbanques”, des mauvaises gens, ce fut sa maman  qui venait actionner le bras de la soufflerie de l’orgue qui n’était pas encore électrifié. Son engagement total dura 63 ans et le diocèse de Belley lui attribua la Croix d’Argent du Mérite Diocésain avec ce commentaire:
“Pétrus Longefay exerce la fonction d’organiste paroissial avec un dévouement et une fidélité connus de tous. A bien “servi” sa paroisse.” (23 mars 1951)
 
Pétrus partageait sa vie entre son grand jardin la semaine en sabot face à l’église auprès de ma grand-mère Marie Longefay (1911-2001) avec²qui il vécut presque 60 ans et l'orgue le dimanche. Agé et malade, des problèmes de vue et de douleur dans les mains, il continua de monter à la tribune chaque dimanche jusque deux ans avant son décès. Les paroissiens lui rendirent un dernier hommage avec  une plaque de reconnaissance  qui est sur sa tombe “les paroissiens à Pétrus Longefay, leur organiste pendant 63 ans”. Il écrivait sur des petits carnets les morceaux qu’il allait jouer chaque dimanche, on a retrouvé toute une collection. Sur la fin de vie de mon grand-père, l’orgue se dégradait et même connut un merle ou un pigeon dans ses tuyaux, des cornement aléatoires... Mon grand-père décédé en 1987 connut l’orgue après sa première révision en 1982 et en profita un tout petit peu après des décennies d’abandon.
 
Cette restauration de 2014 était plus que vitale pour notre patrimoine ! Pétrus sourit de là où il repose.

                      

Pétrus LONGEFAY
(1904 - 1990)
Organiste jassanais durant 63 ans
de 1921 à 1984

 
 
       Cet instrument appartient donc à notre Patrimoine National, à notre identité culturelle, à notre histoire. De par sa facture renommée, il est l’équivalent en peinture d’une toile de Maître tel qu’un VAN GOGH! Naturellement, il est intimement lié à notre église et à une époque, la fin du XIX° siècle. Cet instrument a été dessiné pour cette église et se trouve être l’une des réalisations les plus abouties tant sur la maîtrise de l’architecture, de la sculpture et de la technique de commande exclusivement mécanique que sur le génie des ébénistes, des « tuyautiers », des tanneurs de cuirs et de peaux et des concepteurs du principe même de soufflerie.
  
 
        Comment un amalgame de bois, d’étain, de plomb, de cuir, de colle animale est-il né dans l’esprit de nos deux talentueux associés  MERKLIN et SCHÜTZE? Quel défi à l’époque de construire un tel assemblage! Nos ancêtres, des artistes dans l’âme, ont définitivement laissé leur empreinte jusqu’à nous. Nous sommes des « Passeurs de Mémoire », un maillon à l’échelle des siècles. En nous mettant à son chevet, nous nous inscrivons dans l’avenir de l’instrument, tel est notre engagement. Cet Orgue, c'est aussi  VOTRE orgue. 
 


 
                (*) d'après la thèse de Doctorat de JURINE Michel: "Joseph MERKLIN (1819-1905), Facteur d'Orgues, sa vie et son oeuvre" 1282 pages  (Réf.ANRT9543).
 
 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site